vendredi 29 août 2014

Ma vie pour un selfie ?

Ma vie sur un selfie, ça, c’est déjà pratique courante sur les réseaux sociaux… Connus, inconnus, tous postent régulièrement des photos avec une partie d’eux même visible sur une photo faite par leurs soins, un « égoportrait » comme on dit au Québec ;)

Moi aussi je l’avoue… cela m’arrive ! A en croire l’enquête du Nouvel Obs me voici donc estampillée « narcissique », oups ! 


Cet été, avec une amie, on se rappelait qu’il y a déjà plusieurs années, à l’époque antique où on n'avait même pas d’ordi à la maison, on se prenait en photo, façon « selfie » avec des appareils photos jetables, ou encore ces mini-polaroid qui faisait fureur, il y a déjà au moins 13 ans…
Ah ! Tout ça ne nous rajeunit pas !
Pour l'anecdote, cette même amie, avec son petit ami de l’époque, se prenait en photo à chaque fois qu’ils mangeaient un truc ensemble, comme ça, juste pour rire, et faire des photos rigolotes.
A ce moment-là, pas de réseaux sociaux où les partager… Et pourtant, nous le faisions, nous nous auto-prenions en photo… Alors quand on dit que cette façon de se prendre en photo est née avec les photos numériques et les réseaux sociaux… et bien, permettez-moi de le dire : J’ai des doutes ! Mais tout le monde s’en fiche et c’est bien normal ;)
Cette auto-prise en photo était-elle narcissique ? Doit-on la résumer à ça ? Ne le faisions-nous que pour flatter notre égo ou simplement pour garder des souvenirs un peu « fun » des moments que nous passions ensemble ?…

Alors oui, aujourd’hui toutes sortes de selfies se partagent, plus ou moins dénudés, avec parfois des détails salaces en seconde lecture… Certains sont narcissiques... Oui ! Mais a-t-on attendu que le selfie fasse partie de nos habitudes photographiques pour découvrir que l’humanité a une tendance narcissique ? Doit-on résumer que le fait de se prendre en photo est dû au fait que nous sommes narcissiques et que nous voulons montrer au monde entier, via la toile, combien nous sommes beaux ? Un peu simpliste le résumé, non ?

Que James Franco se prenne en photo au sortir du lit, ou la main dans le caleçon au réveil (pour faire le buzz), cela ne regarde que lui, en fait, non ? Après si d’autres regardent c’est peut-être qu’ils ont un côté voyeur alors…
A la façon dont on s’est indigné du succès de programmes TV tel que « Loft Story » où l’on regardait des gens vivre en cage, encerclés par des caméras, on s’étonne aujourd’hui du fait qu’une femme qui montre le bas de sa poitrine sur Instagram (sans en montrer pour autant la totalité) obtienne plus de « like » que "Roger" qui se prend en photo en train de boire une bière au camping…
Allons, allons ! L’Homme peut être narcissique et voyeur, si si !

Cet été, le Nouvel Obs nous « traite » de narcissiques, comme si l'on découvrait seulement maintenant la "selfie attitude", alors qu’il y a plusieurs mois déjà, Amélie sur Mademoiselle.com «pondait», comme elle dit, un très bon article sur l’ampleur qu’avait déjà pris le phénomène… 

Si l’on résume… certains montrent, provoquent, d’autres regardent et il y en a aussi qui témoignent :
- du temps qui passe, en se prenant en photo pendant 12 ans (pourtant il y a 12 ans pas de réseaux sociaux où les partager, alors pourquoi le faire à l'époque ? ;))
- de l’évolution de leur grossesse, et dans ce cas, sachez-le, on fait un « Bumpy », et oui !
Ce qui nous montre donc que le selfie peut-être aussi… réfléchi, anticipé, pensé, stocké, pas uniquement spontané mais aussi collectionné.

Avec le selfie, on s’accepte tel(le) que l’on est et on le montre… Pour preuve la campagne, actuellement en vogue sur Instagram, qui consiste à partager des clichés de ses vergetures ou encore la fameuse photo de Petra Collins qui montrait des poils pubiens dépassant d’un bikini, dont la censure par Instagram a grandement interpellée l’artiste

Avec le selfie encore, on lutte et on montre ses opinions, comme l’a fait dernièrement Frédérique Bel, quand certains politiques remettaient en question le droit à l’avortement, en publiant sur Twitter un selfie dénudé pour affirmer qu'elle seule était "propriétaire" de son corps.

Alors oui, on se prend en photo sur la plage (paraît même que sur certaines plages, c’est interdit !), au bord de la piscine, avec son chien, son chat, son canari ou en train de voter, avec le selfisoloir, et on fait même croire que son chat se « selfi-ise » tout seul. On peut même prendre de faux selfies de vacances... Tout comme on peut se prendre en photo après le crash de son avion, comme pour vérifier que l’on est bien en vie, même si ce n’est pas forcément la première chose à laquelle je penserais dans ce cas là, vous si ?

Sommes-nous réellement, à ce point, basés sur notre «égo» pour risquer notre « Self-Vie » ?
Je ne l’espère sincèrement pas !

Pour terminer ma bafouille sur une note créative, j’aimerais partager avec vous le travail de Pauline Le Pichon ! Car l'Homme peut aussi être créatif et talentueux (en plus d'être narcissique et voyeur ;)) !
Dans le cadre de son Diplôme d’Arts Plastique à l’Ecole des Beaux Arts de Valenciennes, Pauline a réalisé un travail sur « l’autoportrait » en se prenant tous les jours en photo, pendant un an… pas avec son smartphone mais avec un « vrai » appareil photo ;).
De jolies photos, réfléchies, mises en scène et différentes, chaque jour, un vrai travail créatif qui mérite d’être vu ! La thématique de son mémoire, vous vous en doutez, abordait le thème du selfie…. Pour découvrir ses photos, c’est là 


En tous cas, le phénomène « Selfie », certains l’ont bien compris ! Pour exemple le lancement chez Olympus du Pen E-PL7 qui met en avant le petit écran, qui va bien, dans lequel on peut se voir avant d’appuyer sur le bouton et la connexion Wi-Fi qui permet de partager son cliché instantanément pardi :)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire