mardi 11 novembre 2014

R… comme Regard (celui des autres)

Je partageais avec vous, ICI, mes convictions sur l’importance d’oser avoir confiance en soi pour libérer tout son potentiel.

Confiance qui, si elle existe, nous libère du besoin de reconnaissance venant d'autrui qui valide que nous sommes une "belle personne".

Mais "autrui" nous sert parfois aussi à nous faire "du mal", à ne pas oser nous révéler…
Si, si, je suis certaine que vous connaissez ce sentiment de jugement que les autres ont sur vous, ce sentiment qui vous dénigre sans cesse à propos de vos capacités, de votre physique et j’en passe ! Alors… Laissez-moi vous conter une petite expérience…

Je m’investie bénévolement dans une association où je donne une fois par semaine un atelier "Comédie musicale" où 7 filles et 1 garçon me font confiance (ou presque) et se laissent guider (ou presque) par mes encouragements afin de laisser sortir leur créativité pour créer des chorégraphies collectives, etc…

Samedi dernier, je leur propose de se lâcher sur Chandelier de Sia (car oui, je sais vivre avec mon temps :))… L'exercice : se mettre par 2, le premier danse en se laissant porter par la musique et l’autre tente d'imiter ses mouvements en toute confiance.
Constat : Plus ces jeunes étaient « âgés » (entendez par là que les plus âgées sont en 3ème) et moins elles osent lâcher prise, elles ne savent pas quoi faire, elles réfléchissent trop à une chorégraphie. Les plus jeunes font une chorégraphie timide ne prenant moins d'1 mettre carré au sol, et les plus jeunes encore virevoltent partout et font des roulades par terre…

C’est alors que je leur demande ce qui les bloquent… « Ben tu vas nous voir - et puis je danse pas bien - je ressemble à un éléphant en tutu - les autres vont se moquer de moi… »

Ok… D’abord un éléphant en tutu c’est super rare. Donc ça a de la valeur !

« - Et si vous étiez seules dans votre chambre ? 
- Ben, on le ferait !
- Ok, alors imaginez que vous êtes seule dans votre chambre alors !
-  Ben on peut pas, t’es là »

Et là je leur ai proposé de se bander les yeux… et d’imaginer qu’elles étaient seules et d'évoluer comme elles le voulaient.

Un résultat impressionnant ! Les yeux bandés elles ont tout osé alors qu’elles risquaient de se percuter, de se cogner dans les murs… elles n’avaient plus peur !


Le résultat de cette "expérience" est claire… Quand on ne craint plus le regard des autres, on est prêt à tout, même quand « l’autre » nous voit et nous regarde même ! J’étais toujours là, mais elles ne voyaient plus mon regard et ne pouvaient plus y projeter ce qu’elles pensaient d’elles-mêmes.
Edifiant, non ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire